Partage d’expérience MOOC : Afrique Innovation_Partie 2

Un MOOC réussi…

Chers lecteurs, je reviens vers vous avec des nouvelles toutes fraîches et exclusives sorties de la toile !

ll y a quelques semaines je vous présentais le MOOC Afrique Innovation comme étant une nouveauté, un dispositif original sur la stratosphère des MOOC.
Mais que s’est-il passé pendant tout ce temps au sein de la communauté de ce MOOC ?

Et bien après 6 semaines d’apprentissage, celui-ci s’est terminé le 11 octobre. Il est cependant resté ouvert jusqu’au 26 octobre afin de donner la possibilité à nos MOOCers de terminer les séquences, le quiz, mais également leur pitch et le cahier des charges du projet.

Cette initiative lancée par le CFI est un véritable succès :
un MOOC motivant et constructif grâce à sa pédagogie, aux activités proposées mais également à sa promotion sur différents canaux de communication.

En quoi cette pédagogie constitue un facteur de réussite ?

Sur 6 semaines, les apprenants ont été sollicités par une diversité de contenus : vidéos, articles, activités collaboratives… Ceci a permis de rendre cette session rythmée.

Un point essentiel : la communication et l’animation de communauté

Pour qu’un MOOC prenne une ampleur et s’étende, l’utilisation des outils de communication aussi bien au sein du MOOC comme le forum, que sur des espaces d’échanges extérieurs au MOOC, sont primordiaux.

En effet, Afrique Innovation a fait le choix d’investiguer d’autres terrains d’expression en dehors du MOOC. Cela leur à permis de capter leur cible et d’attiser la curiosité des apprenants.
Tout d’abord, cela commence par l’envoi chaque semaine d’une newsletter adressée aux inscrits et retraçant les poins abordés des semaines précédentes mais  aussi les actions à venir.

Afric Innov

De plus, avec une consommation média en augmentation, la création d’un groupe Facebook dédié au MOOC s’est révélé être un dispositif impactant pour cette session.
Aujourd’hui,
Facebook domine largement le continent Africain et présente le plus grand nombre de comptes avec 88% en moyenne.
Parmi cette population, la palme d’or est décernée aux ivoiriens, car 94% possèdent un compte sur ce réseau social.

Avec 1201 inscrits sur ce groupe et une interaction fréquente entre les différents membres de la communauté, la présence sur Facebook a permis de prolonger l’expérience utilisateur et par conséquent de favoriser l’émulation entre nos différents MOOCers

Autre facteur de réussite

Facteur essentiel pour rendre ludique la formation et éviter la déperdition des participants en cours de route : la validation des connaissances.
Les activités collaboratives sont une source de motivation, en plus d’évaluer ces connaissances en collaborant avec chacun des intervenants, elles favorisent le travail en équipe.
Au cours de ce MOOC, nous avons compté une multitude d’activités différentes : les quiz de connaissances, mais surtout l’activité fil rouge présente dans chaque séquence du MOOC.

Une activité fil rouge

Fil rouges_AfInnovLe principe est simple pour chacun des deux MOOC,  journalisme, et développeurs, les apprenants avaient pour mission de travailler sur un projet durant les 5 séquences du MOOC.
Pour nos amis journalistes, le challenge était de rédiger un article (portrait, enquête, reportage) en prenant en compte les contraintes spécifiques de la publication sur le web.
Pour l’équipe des développeurs, l’objectif était de valoriser ses propres  compétences techniques sur le réseau social et l’outil de collaboration GitHub.

Quoi de mieux pour faire évoluer le parcours de l’apprenant ?

Pour finir, pour encourager la connaissance, Afrique Innovation donne la possibilité aux MOOCers de présenter un projet en groupe.
L’avant dernière séquence a été consacrée au quiz final avec en retour l’obtention du badge cursus.

Conclusion

Le marché du numérique, sur le continent Africain ( 1.2 milliard de personnes actuellement, potentiellement 4.4 milliards en 2100 ) constitue un potentiel important.  Ceci n’a pas échappé aux gouvernements. En effet, leur priorité est d’investir dans l’éducation et la démocratisation du savoir. Des avancées notables sont à souligner puisque 20 % des dépenses publiques sont injectées dans ce secteur.

En proposant une pédagogie innovante et l’accès au savoir pour tous, l’intégration du digital et le MOOC
ouvrent de formidables nouvelles opportunités pour les africains ! 

sac Miss COM

Miss COM

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s