L’intelligence artificielle : une opportunité pour les hommes de se développer ?

Allons-nous retrouver notre coeur d’homme ou nous perdre dans les méandres de la technologie ?

La machine nous pousse à changer notre vision du monde.Quel va être l’impact de l’intelligence artificielle sur nos façons de travailler, de collaborer ou d’apprendre ? Comment s’y péparer ? Est-ce que, vous aussi, vous vous êtes déjà interrogés à ce sujet?

Alors accrochez vos ceintures pour ce voyage au centre de l’IA !

intelligence-artificielle

C’est une intervention de Jean-Philippe Desbiolles, Vice-President Cognitive Solution, chez IBM Watson Group et Cyrille de Lasteyrie, auteur passionné d’innovation, qui est à la source de cet article. Cet évènement a marqué le début, pour moi, de nombreuses recherches sur WATSON et plus largement sur l’intelligence artificielle.

L’intelligence artificielle est une des technologies qui participe à la transformation digitale actuelle. Elle m’est apparue comme allant impacter de très près notre avenir en tant qu’homme.

Certains d’entre vous sont inconscients des changements que cela va entraîner, d’autres sont très inquiets et d’autres, encore, sont passionnés.

Ce que j’en comprends, c’est qu’il faut surtout s’y préparer pour savoir comment agir en face d’une telle technologie.

Mais qu’est-ce que c’est ? qu’en savez-vous exactement ?

L’IA ou Intelligence Artificielle est une technologie qui permet de reproduire de façon automatique des aspects de comportements humains. Il s’agit d’algorithmes qui lui permettent d’imiter ou même d’apprendre. L’IA tente de donner les mêmes réponses que l’expert. Elle  existe d’ailleurs depuis longtemps dans les jeux vidéo, les pilotes automatiques, ou le diagnostic de maladies…

l’IA que l’on appelle « forte » est plus puissante, elle apprend et évolue. Elle utilise le deep learning; cela signifie qu’elle apprend en toute autonomie. Elle apprend comme les hommes :

  • Elle reconnait le contenu d’une image :  Google Brain en 2012 a été le premier à reconnaître un chat. La machine a analysé 10 000 000 captures d’écran pour y parvenir.
  • Elle comprend aussi le langage des hommes malgré toute sa complexité (utilisation de l’ironie , langage imagé…).

Le deep learning permet à la machine de représenter le monde : c’est à dire commencerveau-artificielt la machine va-t-elle représenter la parole ou les images?  C’est un réseau de neurones artificiels qui permet cette prouesse. On parle de cerveau 2.0.

La recherche vers l’IA est pour les hommes une recherche éternelle, une quête pour savoir comment fonctionne l’être humain et notamment son cerveau. Sera-t-elle la dernière invention de notre espèce ?

Il nous est annoncé qu’en 2029, il y aura l’équivalent d’un cerveau humain en IA. Alors, vous avez des frissons dans le dos? Je ne peux pourtant pas m’empêcher d’être attirée comme un papillon vers la lumière des phares.

Peur ou apprivoisement ? Quel chemin choisir ?

Oui cela fait peur ! On voit sortir de nombreux films dans lesquels les intelligences artificielles prennent le pouvoir sous prétexte de nous protéger ou de nous rendre heureux. Alors qu’en fait, nous perdons notre liberté. L’entrepreneur Elon Munsk et le physicien Stephen Hawkins, Bill Gates s’en inquiètent : » ils sont nombreux ceux qui sont préoccupés par la superintelligence artificielle »
Imaginez que l’IA prenne le contrôle et puisse changer ses codes en toute autonomie.Nous pourrions être victime de  cyber attaque, mais aussi de drônes militaires … Les problèmes juridiques que soulève la voiture autonome en cas d’accidents sont également nombreux. Qui est alors responsable ?

Mais pour nombreux d’entre vous, l’IA signifie principalement nous enlever ce qu’on sait faire !

D’un autre côté, l’IA est aussi capable de traiter un grand nombre de données en un temps infiniment court. Elle est surtout utilisée pour aider à la prise de décision. L’IA essaie de faire le meilleur choix selon des critères définis et objectifs contrairement aux hommes dont les émotions peuvent intervenir dans la prise de décision. Elle essaie30374100613_e5899732a8_z de maximiser un score.  A l’origine l’IA a été entraînée face à des jeux vidéo, puis les échecs , le jeu de go, jeopardy!

L’IA permet aussi de capturer le savoir des experts ; on sait que le plus souvent 5% d’entre nous possède 80% du savoir dans une entreprise. L’IA met à la disposition du plus grand nombre ce savoir.

L’IA s’inscrit dans une tendance d’évolution technologique forte. Ces tendances sont inévitables : dans le passé, on a vu se créer le moteur à explosion, l’électricité , Internet. La tendance actuelle est de rendre les choses de plus en plus intelligentes : c’est la « cognification ».

Nous avons tendance à lutter contre ce qui est nouveau et ce que l’on ne connait pas. Regardez Uber par exemple ; quelles protestations n’avons-nous pas observées ! Mais il n’est pas possible de lutter contre ces nouvelles technologies. Je veux dire que nous ne pouvons pas les stopper. Alors apprenons à les adopter et ainsi à mieux les maîtriser.

Comment faire avec l’IA?

Si nous nous demandons ce qu’est l’intelligence humaine, nous la définissons, selon Kevin Kelly , comme linéaire; nous parlons du QI (plus ou moins fort : un singe est moins intelligent qu’un homme par exemple). En fait, il y a plusieurs intelligences ! L’intelligence émotionnelle, l’intelligence déductive, spatiale, digitale, culturelle…

Kevin Kelly explique que l’intelligence humaine est comme une symphonie de sons, une symphonie de différentes intelligences. Chacun a la sienne, qui ne ressemble à aucune autre.

La tendance de la cognification nous pousse a ajouter de l’intelligence aux choses qui nous entourent. Ceci pour nous aider à agir plus vite, à prendre nos décisions. Par exemple, la calculatrice est meilleure que nous en calcul, le GPS est meilleur que nous pour nous orienter.

Dans le futur , nous allons industrialiser l’intégration de l’intelligence artificielle dans toutes choses comme précédemment nous avons d’abord créé de la puissance mécanique (une pompe, …) puis électrifié les objets. Maintenant, c’est l’heure de cognifier toutes ces choses ! Par exemple, la voiture conduit toute seule sur l’autoroute. C’est la voiture autonome. Prenez une chose X et ajouter de l’IA. Si l’on donne un corps a cette IA, on obtient les robots.

Mais l’IA ne pense pas comme nous et nous allons devoir penser différemment.

Toutes ces choses cognifiées vont créer de nouvelles tâches, de nouveaux jobs que nous n’avons jamais faits. De nouveaux métiers vont apparaître comme l’automatisation a fait dans le passé; c’est la fameuse destruction créative!

Kevin Kelly pense que le robot va remplacer toutes les tâches que nous pouvons définir en termes d’efficacité ou de productivité.  Si on peut spécifier la tâche en termes de productivité ; c’est pour les robots!

L’homme, lui, va être utile pour les tâches non efficientes! Eh oui , l’homme va perdre son temps ! Vous en rêviez ? Les robots le feront !nao_robot_robocup_2016

Mais cherchons plutôt les domaines où nous sommes inefficaces ? La science est par définition inefficiente, l’innovation aussi, l’art, les relations humaines… Nous trouvons grâce à l’erreur et cela prend du temps, des chemins non définis par avance, parfois improbables. Nous prenons le temps de perdre, de nous tromper, nous tatonnons .Et nous créons des choses extraordinaires!

L’efficacité demain, c’est pour les robots!

Nous allons donc devoir apprendre à travailler avec les IA. A votre avis, cela signifie quoi pour nous?  Mon opinion est que nous allons devoir apprendre à faire l’inverse d’aujourd’hui, notre valeur ajoutée ne se trouvera plus dans notre performance ? Du moins la notion de performance ne signifiera plus la même chose.

On gagne à s’additionner, à partager , à collaborer : le champion d’échec aujourd’hui n’est pas une IA ni même un humain mais l’équipe IA+ humain. Le meilleur diagnosticien n’est pas le docteur ou l’IA mais l’équipe IA + robot.

Demain, cela signifie que notre capacité à nous adapter à cette IA sera un critère essentiel pour travailler. Ce qui signifie travaillons avec elle plutôt que contre elle.

Selon Cyrille de Lasteyrie, l’homme est par définition un être chaud qui va vivre dans un monde froid : le monde digital !
Comment nous adapter à ce monde ?

Pour lui, notre valeur ajoutée, demain, dans ce monde froid, est d’aller chercher ce qui fait de nous ce que nous sommes, notre cœur : là où on est vraiment bon, là où on est fort, là où on aime.

C’est-à-dire ce qui fait de nous un être différent des autres. N’est-ce pas aussi contraire à tout ce que l’on nous a toujours demandé de faire jusqu’à maintenant ? Ressembler aux autres, se fondre dans un moule prédéfini. Se fondre dans le cadre.

Ce qui est important de garder en tête, c’est : qui je veux être  dans cet esje-suis-simplementpace ?

Ce qui fait la différence entre nous et la machine c’est ce qu’on est. Et demain, ce qu’on est, sera plus important que ce qu’on fait ou de ce qu’on a.

C’est pourquoi on dit que la transformation digitale est bien plus profonde que l’ajout de simples outils ! Il s’agit d’une vraie révolution de fond. Les compétences d’apprendre à apprendre, à s’adapter, à vivre ensemble dans un monde en changement perpétuel sont les compétences de demain !

A nous de jouer !

Miss L&D

sac Miss L&D

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s